Le Gang des tractions avant…

affiche antony couleur bisPremier ennemi public n°1, Pierre Loutrel, alias Pierrot-le-fou, fut d’abord membre zélé de la gestapo française avant de s’engager dans… la résistance. Nous sommes alors en 1944 et l’homme sent le vent tourné avec le débarquement des alliés

C’est la Libération. Loutrel retrouve ses anciens compagnons des pires heures et reprend ses activités de racket et de proxénétisme. À Montmartre, il croise Jo Attia, un ancien des «Bat d’Af». Ils fraternisent. En compagnie de trois anciens gestapistes, Abel Danos dit le Mammouth, Henri Fefeu dit Riton le tatoué, Georges Bouseseiche dit le gros George, de Marcel Ruart et d’Attia, Loutrel forme le gang des tractions avant, spécialisé dans les braquages menés à bord des fameuses voitures.

À l’instar de la bande à Bonnot, le gang se caractérise par ses règles d’or : préparation minutieuse, rapidité d’exécution, fuite et retraite dans un lieu sûr.

Dès lors, le gang enchaîne ainsi règlements de compte et braquages de plus en plus importants. 1946 sera une année faste ! Au delà des butins souvent très importants, ce qui surprend la police c’est davantage la cadence effrénée avec laquelle le gang enchaîne ces braquages aux quatre coins de la France, en Provence, en région parisienne… À peine ont-ils commis un vol à mains armées, qu’ils sont déjà en train de préparer le suivant.

Commence alors un véritable chassé-croisé, une traque incessante entre les forces de l’ordre et le gang de tractions avant, que Jacques Deray a immortalisé en 1976 dans le film «Le Gang» avec Alain Delon dans le rôle de «Robert-le-Dingue»…

Le 6 novembre 1946, Loutrel est blessé durant le braquage de la bijouterie Sérafian à Paris. Ses complices Jo Attia et Georges Boucheseiche le font hospitaliser sous un faux nom prétextant un accident de chasse. Trois jours plus tard, déguisés en infirmiers, ils l’extraient de la clinique pour le conduire chez un comparse à Porcheville où il succombe à ses blessures. La police ne retrouvera son corps, enterré par ses complices sur une île de la Seine près de Limay que trois ans plus tard.

claudecancesA l’occasion du 70e anniversaire de la création du Gang des tractions avant, Claude Cancès, ancien directeur de la Police judiciaire parisienne, et Charles Diaz, ancien inspecteur de la brigade criminelle et ancien chef d’état-major de la direction centrale de la police judiciaire, feront revivre cette épopée sanglante à l’occasion d’une conférence organisée samedi 26 septembre à 14h30 dans le cadre du 2e salon du livre de l’automobile ancienne, place Saint Saturnin à Antony (Hauts-de-Seine). A l’issue, ils dédicaceront l’ouvrage réalisé en commun : «Histoire du 36 quai des Orfèvres illustrée».

Publicités
Cet article a été publié dans Accueil. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s